Point conjoncturel – Mai 2021 : Zone Euro, États-Unis, Chine

Zone Euro : Vers un fort rebond de l’activité
La publication des chiffres de croissance pour le premier trimestre montre un impact toujours présent des restrictions sanitaires. Le [1]PIB de la zone euro s’est contracté de 2,5% en rythme annualisé au premier trimestre pour s’établir 5,5% en-dessous de son niveau du quatrième trimestre 2019. Il recule de 6,6% en Allemagne, de 1,6% en Italie et de 0,5% en Espagne. Le PIB français progresse de 1,8% grâce au rebond de la consommation des ménages et de l’investissement des entreprises, ce qui porte la baisse d’activité à -4,4% par rapport au niveau pré-crise.

Dans son point de conjoncture mensuel, la Banque de France estime que l’activité serait retombée à -6% en avril du fait du renforcement des mesures sanitaires et en particulier de la fermeture des commerces non-essentiels sur tout le territoire. Elle reviendrait à -4% en mai avec la levée partielle des restrictions le 19 mai, notamment l’extension du couvre-feu à 21 heures, la réouvert..

Le dividende constitue-t-il vraiment une rémunération des actionnaires ?

Par son activité et ses ventes, une fois payées toutes ses charges, les entreprises génèrent des liquidités qui leur permettent d’investir. Une fois ces investissements réalisés, il peut encore rester des liquidités qui trouvent alors plusieurs usages : le remboursement des dettes, l’acquisition d’autres sociétés ou encore le paiement de dividendes, qui constituent un transfert de trésorerie de l’entreprise vers ses actionnaires.

Mais la distribution de liquidités par l’entreprise vient diminuer d’autant sa valeur boursière. Ainsi, une entreprise dont la valeur serait de 100, qui verse 5 de dividende, voit sa valeur réduite de 5 une fois le dividende détaché. Il n’y a donc aucune création de richesse par le mécanisme du paiement de dividende : il s’agit bien d’un simple transfert de liquidités de l’entreprise vers ses actionnaires.

Le dividende ne correspond donc pas à la rémunération des actionnaires. La seule richesse créée par cette opération est pour l’État, cette distribution do..

L’illusion de l’inflation ? Pourquoi les forces déflationnistes dominent toujours

Ariel Bezalel et Harry Richards discutent des pressions inflationnistes, seront-elles cycliques ou structurelles ? Il rappellent également le positionnement de la stratégie Jupiter Dynamic Bond.

Chaque jour semble apporter de nouveaux titres sur le retour imminent de l’inflation, mais les données reflètent-elles des mouvements statistiques du pendule ou est-ce le début d’une nouvelle tendance ?

Nous pensons fermement que nous resterons dans un environnement de taux d’intérêt bas pour plus longtemps. Il y aura sans doute un pic de croissance et d’inflation lorsque les économies rouvriront, mais nous pensons que cela sera principalement dû à des effets de base faibles et à certains goulets d’étranglement temporaires de l’offre, et que ces pressions s’estomperont après un ou deux trimestres tout au plus. À court terme, les pressions inflationnistes fluctueront, mais en tant qu’investisseurs cherchant à équilibrer le risque et le gain, nous regardons les tendances à plus long terme. Part..

Macroscope : Plan de relance européen : enfin ou déjà ?

Il aura donc fallu dix mois aux Etats membres de l’Union européenne (UE) pour que le plan de relance communautaire soit adopté. Dix mois, c’est à la fois beaucoup dans un contexte économique aussi chahuté, et peu à l’échelle de l’UE. Retour sur le parcours d’obstacles.

Les négociations avaient débuté par des achoppements entre une large majorité d’Etats favorables à un financement solidaire et les pays dits « frugaux », réticents à l’idée de mutualiser une dette. Puis, la Hongrie et la Pologne ont donné du fil à retordre à l’initiative communautaire, jugeant le mécanisme de conditionnalité au respect de l’état de droit indésirable. Le projet a été quelques temps en voie de capoter et a de nouveau pris du retard. C’était sans compter le nouvel obstacle dressé par la saisine de la Cour Constitutionnelle allemande. Au-delà de ces imprévus, le cavalier européen a réussi un sans-fautes sur le parcours de ratification par les parlements des vingt-cinq Etats membres. L’Union va donc pouvoir ..

Dans un mandat de gestion, le client ne peut fonder sa réclamation sur l’absence d’instruction de sa part

Les épargnants peuvent décider d’être autonomes et gérer eux-mêmes leur portefeuille de titres. Dans ce cas, ils doivent être à même de comprendre la signification des différents types d’ordre qui existent (exemples : « ordre au marché », « ordre à cours limité » etc.…) et de réagir face aux fluctuations des marchés.

Ils peuvent également opter pour une gestion sous mandat. Dans ce cas, leur portefeuille est confié à un spécialiste qui prendra les décisions d’investissement en fonction, entre autres, des objectifs et du niveau de risque fixés préalablement par l’épargnant.

Comme on le verra dans ce dossier du mois, des litiges peuvent survenir si l’épargnant ne dispose pas des connaissances suffisantes en matière financière lui permettant de comprendre pourquoi un ordre qu’il a donné n’a pas été exécuté et pourquoi des ordres sont exécutés sans instruction de sa part.

Les faits
Etant insatisfaite par les réponses apportées par sa banque à ses réclamations, Madame C. m’a saisie conce..

Le Pricing Power, une réponse au risque de retour de l’inflation

Après de long mois d’atermoiements et de très fortes incertitudes dans le contexte de la pandémie de Covid-19, les investisseurs et les chefs d’entreprise aperçoivent aujourd’hui, enfin, le bout du tunnel. La fin des mesures de confinement permet en effet à l’activité économique de reprendre pleinement ses droits. En parallèle, l’accélération de la vaccination au niveau mondial, combinée aux mesures de relances économiques mises en œuvre par les principaux gouvernements à l’échelle mondiale, contribue largement à soutenir la reprise de la croissance économique mondiale. Une reprise qui tend à se confirmer semaine après semaine.

Pour autant, cette forte reprise économique nourrit aujourd’hui la crainte croissante d’un retour de l’inflation. Après des années marquées par faiblesse de l’inflation au cours de la décennie 2010, en particulier en zone euro, l’heure semble à un retournement de tendance. Sans surprise, dans l’esprit d’un très grand nombre d’investisseurs, le thème de l’inflat..

Faut-il miser sur les nouvelles introductions à la Bourse de Paris ?

Believe, Theravet, PHE, Affluent Medical, NamR, Aramis, OVH Cloud : une trentaine de projets d’introductions en Bourse sont dans les tuyaux d’ici la fin de l’été. Passage en revue avec Eric Lewin, rédacteur en chef des Publications Agora. Ecorama du 1er juin 2021, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com

Par : Boursorama | Votez pour cette source